Poste de contrôle juxtaposé de Cinkansé : des commerçants dénoncent des pratiques de certains agents de l’ONASER

132 0

Le Mouvement des commerçants et auditeurs contre la vie chère a animé un point de presse le lundi 13 février 2023 à Ouagadougou. Lors de cette rencontre, il s’est agi pour les conférenciers d’interpeller les autorités actuelles sur les agissements de certains agents de l’Office national de sécurité routière (ONASER) au poste de contrôle de Cinkansé.

 

Dénoncer l’utilité ou l’inutilité d’un démembrement de l’administration à la frontière de Burkina-Togo, notamment les pratiques de certains agents de l’Office national de sécurité routière (ONASER); tel a été l’objectif de la conférence de presse du Mouvement des commerçants et auditeurs contre la vie chère.

Selon les explications du secrétaire général du Mouvement, Abdoul Aziz Ouédraogo, le tonnage autorisé est de 64 pour les véhicules de 7 essieux et 82  tonnes pour les véhicules de 8 essieux alors qu’au Burkina Faso, c’est 55 tonnes autorisées pour les véhicules de 7 et 8 essieux.

Pour eux, la différence qui varie entre 9 à 27 tonnes cause d’énormes soucis aux commerçants burkinabè puisque, disent-ils, le surplus qu’ils paient atteint la somme de 500.000 F CFA sans quittance. « Les surpoids constatés sont d’office taxés abusivement par l’ONASER, qui fait payer de fortes sommes par les transporteurs lesquelles sommes ne rentrent pas dans les caisses de l’Etat. Ces montants payés viennent grossir les coûts d’enlèvement des marchandises de chaque commerçant », ont-ils indiqué. Et de renchérir : « Si ces pénalités payées rentraient dans les caisses du trésor public pour soutenir l’effort de guerre, nous serions les plus heureux ». C’est pourquoi, Abdoul Aziz Ouédraogo a exhorté le gouvernement à une harmonisation de la bascule entre les pays membres de l’UEMOA plus précisément le Togo. Car le Togo, dit-il est le principal pays d’approvisionnement du Burkina Faso de par sa proximité et la plupart des marchandises qui se trouvent dans les marchés et yaars transitent par ce pays.

Salifou Kaboré l’un des conférenciers a estimé que si le gouvernement arrivait à résoudre ce problème, les prix des produits pourraient connaitre une baisse. Egalement, il a proposé au gouvernement d’entreprendre des vraies réformes qui vont viser à orienter les montants des pénalités du surplus pour alimenter un fonds d’entretien routier à l’exemple du Togo.

Kiswendsida Myriam OUEDRAOGO

Article Similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial

Votre abbonnement a réussi!

There was an error while trying to send your request. Please try again.

DirectInfoBurkina will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.

DirectInfoBurkina.net

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter.