Promotion de la paix : Le rôle des leaders religieux dévoilé par une étude

461 0

Kosyam University à travers son promoteur, le professeur François Kaboré a organisé un atelier de restitution de l’étude menée par l’Institut Afrique-monde (IAM) sur le dialogue inter-religieux au Burkina Faso, le 22 octobre 2020 à Ouagadougou.

 

Suite à l’étude menée dans les villes du Centre, du Plateau central, des Hauts-Bassins et des Cascades par l’Institut Afrique-monde (IAM) pendant la période du mois de juillet à octobre sur le dialogue inter-religieux au Burkina Faso, il est ressorti comme résultat majeur que la paix même si elle demeure au Burkina semble ne pas être institutionnelle. Institutionnelle parce que l’État qui est censé assurer et préserver la pluralité religieuse en tant qu’autorité suprême n’arrive pas à mettre les populations en confiance. Ce résultat a fait l’objet d’un atelier de restitution placé sous le thème « Construire la paix au Burkina Faso : contribution des leaders religieux pour une paix durable » organisé par Kosyam University à travers son promoteur, le Pr Père François Kaboré. En outre de ce rôle régalien que doit jouer l’État pour la préservation de la pluralité religieuse, il a été question du rôle que les leaders religieux doivent jouer pour la promotion de la paix au Burkina Faso.

A la suite de ce résultat, le Père Kaboré a formulé des recommandations pour l’atteinte d’une véritable paix durable au Burkina Faso. Comme recommandations à l’endroit des pouvoirs publics, il a parlé de l’affirmation du rôle régalien de l’État et de la formation les leaders religieux aux valeurs citoyennes et républicaines. En sus, il a fait cas de l’accompagnement et de la réglementation de l’activité religieuse des individus et des communautés pour en assurer le caractère républicain et sa conformité à la constitution, loi fondamentale du pays. Toujours dans le cadre des recommandations, il a été question de soutien aux acteurs de la société civile qui œuvrent pour le dialogue inter-religieux.  Aux leaders religieux, le promoteur de Kosyam University a recommandé une formation sur le plan religieux et personnel afin de favoriser l’acceptation de l’autre. En plus il les a exhortés à prendre conscience du potentiel conflictogène de toutes les religions.  

Durant l’atelier, il s’est agi pour les panélistes de reconnaitre l’impact positif de la religion traditionnelle dans la préservation de la paix. Ainsi, le père Kaboré a invité les leaders à faire en sorte que les enfants apprennent davantage de la religion traditionnelle. A entendre le coordonnateur de l’étude, le Pr Pascal Houenou, le monde est déchiré par des guerres inter-religieuses donc il était nécessaire que cette étude soit réalisée un peu partout en Afrique afin de contribuer à l’instauration d’une véritable paix entre les différentes religions. Pour les panélistes, composés essentiellement de leaders des différentes confessions religieuses, cette étude est à saluer car elle contribue à favoriser le vivre ensemble entre les différentes communautés.  

Clotilde BICABA

Article Similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial

Votre abbonnement a réussi!

There was an error while trying to send your request. Please try again.

DirectInfoBurkina will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.

DirectInfoBurkina.net

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter.