Mise en œuvre du projet Identifiant unique de la personne physique au Burkina Faso : l’accompagnement des journalistes et communicants, sollicité

1200 0

Le Programme d’identification unique pour l’intégration régionale et l’inclusion en Afrique de l’Ouest (WURI) au Burkina Faso, a initié un atelier d’information et de sensibilisation à l’endroit des journalistes, des communicants et blogueurs. Cette session d’information a eu lieu le jeudi 14 mars 2024 à Ouagadougou. L’objectif de cette rencontre était d’impliquer les participants dans la mise en œuvre réussie de l’identification unique électronique de base au Burkina Faso.

 

Assurer l’unicité de la personne dans les différents systèmes d’identification existants tels que l’identifiant unique du citoyen à l’état civil (IUCEC) dès la naissance, le numéro d’identification personnelle (NIP) pour la carte nationale d’identité burkinabè (CNIB); c’est l’objectif recherché par le Programme d’identification unique pour l’intégration régionale et l’inclusion en Afrique de l’Ouest (WURI).

Pour l’atteinte des objectifs du projet, en plus des parties prenantes, le WURI compte sur la contribution de journalistes, communicants et blogueurs. C’est pourquoi, il a organisé un atelier à l’endroit de ces acteurs.

Deux communications ont été faites. Il s’agit d’une communication sur l’identifiant unique et projet Wuri, présentée par l’assistant en architecture des systèmes informatiques, Konseiga Abdoul Karim et une deuxième communication sur l’information et la communication au service de l’identification électronique de base au Burkina Faso par le spécialiste en communication de projet WURI, Roger Sankara.

Selon les explications de l’assistant en architecture des systèmes informatiques, Konseiga Abdoul Karim, en parlant d’identifiant unique, il s’agit d’attribuer à tout citoyen quel que soit sa nationalité, son sexe, son lieu de résidence un numéro qui est généré de façon aléatoire, sur la base des données d’un minimum d’informations sur la personne. Pour lui, ces informations sont entre autres l’âge, le sexe, le nom, le prénom, le lieu de naissance, l’empreinte digitale, l’iris, la photo.

À entendre le communicateur, l’idée est de fournir l’assurance ou la garantie de l’unicité de la personne. « Ce n’est pas un identifiant qui a pour but de remplacer les autres identifiants qui existent.  Dès lors qu’on attribue l’identifiant unique à une personne, nous notre rôle c’est de s’assurer que cette personne est unique », a-t-il argué.

Toutefois, le communicateur Abdoul Karim a insisté et rassuré que le projet WURI travail en tandem avec la Commission de l’informatique et des libertés (CIL). Par conséquent, les données collectées sur les personnes sont protégées et sont hébergées au Burkina Faso. « Tout ce que nous faisons est soumis à l’avis de la CIL. Elle est au debut et à la fin du projet. À toutes les étapes, la CIL nous oriente », a-t-il dit.

Parlant des avantages liés à cet identifiant, il a confié qu’il va permettre à quiconque qui possède ledit numéro d’avoir accès aux services sociaux de base tels que la santé, l’éducation, le logement, l’assainissement, l’inclusion financière.

Quant au représentant du coordonnateur du projet WURI, Adrien Ounténi Yonli, l’atelier vise à améliorer la connaissance et la compréhension du projet par les participants, les acteurs de mise en œuvre et le grand public. « Cet atelier marque le début d’une collaboration fructueuse entre l’unicité de gestion du projet WURI et les journalistes en vue d’une mise en œuvre réussie de l’identifiant unique au Burkina Faso », a-t-il relevé.

En plus de cette collaboration, il s’est réjoui de la mobilisation des journalistes, des communicateurs à l’occasion de l’atelier.

Il faut noter, qu’à l’issue de l’atelier, un réseau des journalistes et communicateurs a été mis en place afin d’accompagner les initiateurs du projet. « Maintenant, nous avons des alliés pour communiquer des informations justes et vraies sur l’identifiant unique de la personne au Burkina Faso », a soutenu M. Yonli.

C’est Elisée Kabré, journaliste à la RTB3 qui a été porté à la tête dudit réseau. A l’en croire, son équipe et lui travailleront à l’atteinte des objectifs du projet. « En tant que coordonnateur du réseau, mon équipe et moi allons travailler à ce que la population ait la bonne information sur le projet Wuri qui œuvre dans le sens de l’identifiant unique. Si la population méconnait le projet, il sera difficile qu’elle adhère. Nous serons des relais auprès des publics cibles, nous mènerons des activités également pour éviter la désinformation », a-t-il laissé entendre.

Kiswendsida Myriam OUEDRAOGO

Article Similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial

Votre abbonnement a réussi!

There was an error while trying to send your request. Please try again.

DirectInfoBurkina will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.

DirectInfoBurkina.net

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter.