Journée internationale de l’alphabétisation : Réflexions autour des enjeux de l’apprentissage en situation d’urgence

268 0

Le Burkina Faso par l’entremise du ministère de l’éducation nationale, de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationales a commémoré en différé la journée internationale de l’alphabétisation, le 12 octobre 2020, à Ouagadougou.

 

Chaque 8 septembre de chaque année est célébrée la journée internationale de l’alphabétisation. Ce, depuis 1967. Cette année, le Burkina Faso a sacrifié à la tradition le 12 octobre 2020 en organisant la 53e Journée international de l’alphabétisation sous le thème : « Comment assurer une alphabétisation de qualité en situation d’urgence ?». Un thème tiré de la thématique régionale qui est: « Alphabétisation et enseignement pendant et après la crise du Covid-19 : rôle des éducateurs et évolution des pédagogies ».

Le ministre de l’éducation nationale, de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationales, Pr Stanislas Ouaro a confié que malgré les progrès déjà engrangés en termes d’alphabétisation, les défis restent énormes. Pour preuve, il a révélé que dans le monde, plus de 617 millions d’enfants et d’adolescents et 773 millions de jeunes et d’adultes n’ont pas un niveau minimum en lecture et les compétences de base en alphabétisation. C’est pourquoi, il a fait soutenu que cette commémoration offre un cadre pour reconnaître et saluer les efforts consentis par les acteurs en faveur de l’alphabétisation dans un contexte difficile marqué par les crises sécuritaire, sociale et sanitaire. « Nous allons voir comment rendre l’alphabétisation plus résiliente face aux crises et en particulier la crise de la maladie à coronavirus », a dit le ministre Ouaro.

Selon lui, la dimension de la continuité éducative malgré les imprévus liés au contexte de crise et d’urgence a été intégrée dans l’élaboration de la Stratégie nationale de développement de l’éducation non formelle (SNDENF). Cette édition, à l’écouter, est le lieu, entre autres, pour les autorités de l’éducation, des partenaires techniques et financiers, opérateurs en alphabétisation de revoir les différentes approches de l’enseignement et de l’apprentissage. 

D’ores et déjà, il a déclaré que même s’il y a eu des difficultés, des dispositions ont été prises pour faciliter la poursuite des enseignements au niveau de l’éducation non-formelle. Des efforts qu’il a mis à l’actif de l’ensemble du corps enseignant. Certains ont même été distingués séance tenante. C’est le cas de Louise Sanou qui a réalisé un taux appréciable au Certificat d’études primaires (CEP) avec 88% de réussite à l’examen. Outre les hommages à elle rendus par le corps enseignant, elle a reçu un cadeau.

Michel BADO

Article Similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial

Votre abbonnement a réussi!

There was an error while trying to send your request. Please try again.

DirectInfoBurkina will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.

DirectInfoBurkina.net

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter.