CASEM du département en charge de la Fonction publique : préservation de la mémoire administrative en temps de crise sécuritaire, un défi à relever 

459 0

La 1re session ordinaire du Conseil d’administration du secteur ministériel (CASEM) de l’année 2024 du département de la Fonction publique, du Travail et de la Protection sociale a eu lieu ce mardi 19 mars 2024, à Ouagadougou sous le thème : « Archives et bonne gouvernance : quelles mesures de préservation de la mémoire administrative en période de crise sécuritaire ».

Afin de relever et d’assurer la continuité des actions entreprises dans un contexte marqué par l’insécurité du fait du terrorisme et de la faiblesse de l’allocation budgétaire, le Ministère de la Fonction publique, du Travail et de la Protection sociale, veut se donner les moyens pour poursuivre sa dynamique d’amélioration de sa performance et la promotion de la bonne gouvernance.

Pour ce faire, il a tenu la 1re session ordinaire du Conseil d’administration du secteur ministériel (CASEM) de l’année 2024. Une rencontre qui a permis aux acteurs d’examiner, d’analyser et d’adopter le rapport d’activités annuel 2023.

Évoquant les réalisations majeures, le directeur de cabinet du ministre, Mohamed Savadogo a soutenu qu’en matière de fonction publique et de modernisation de l’administration, il y a eu la dématérialisation de 10 procédures et développement de deux e-services, la publication des résultats dans les délais de 32 concours directs sur 127 et 113 sur 128 concours professionnels, l’organisation de la 5e session du forum des écoles de formation professionnelle, l’adoption du décret portant renforcement de la neutralité politique et de la méritocratie dans l’administration publique. En matière de travail et de protection sociale, M. Savadogo a parlé du financement de 76 projets de travailleurs déflatés et retraités, le contrôle de 2016 entreprises des secteurs formels et informels dans les 13 régions, l’adoption de 5 textes d’application de la loi portant Régime d’assurance maladie universelle (RAMU).

A l’entendre, les actions menées en 2023 ont permis d’atteindre des objectifs avec un taux de réalisation physique de 85,80% à la date du 31 décembre 2023.

La Directrice générale des Etudes et des statistiques sectorielles, Pélagie Kabré, abondant dans le même sens, a exprimé sa satisfaction quant aux performances réalisées. « Nous sommes à un taux d’exécution de 85,80% contre un taux de d’exécution de 78,77 en 2022. Il y a une amélioration. Aussi, le taux d’exécution financière est de 99,18% », a-t-elle ajouté.

Pour les résultats engrangés, le directeur de cabinet a félicité et encouragé l’ensemble des acteurs; et partant, il les a exhortés à plus d’abnégation pour obtenir encore de meilleurs résultats en 2024.

Aux dires de Mme Kabré, les difficultés majeures constatées en 2023 ont été entre autres la crise sécuritaire et humanitaire et les régulations budgétaires. Cependant, elle a rassuré que malgré ces contraintes, des mécanismes ont été mis en place pour relever les défis. « Le ministère a été résilient. Il y a eu des actions innovantes qui ont été trouvées à chaque structure pour pouvoir mener les activités », a-t-elle dit.

Aussi, elle a annoncé des grands chantiers à réaliser en 2024. Il s’agit notamment de l’opérationnalisation de certains textes, le déploiement des e-services, la promotion du dialogue social.

Kiswendsida Myriam OUEDRAOGO

Article Similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial

Votre abbonnement a réussi!

There was an error while trying to send your request. Please try again.

DirectInfoBurkina will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.

DirectInfoBurkina.net

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter.