3e édition de la Journée nationale des jeunes entrepreneurs et hommes d’affaires : la relance économique au cœur des réflexions

1413 0

Le Conseil national de la jeunesse du Burkina Faso (CNJ-BF) en partenariat avec la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina Faso (CCI-BF) a tenu le jeudi 28 septembre 2023 à Ouagadougou la journée nationale des jeunes entrepreneurs et hommes d’affaires. Cette journée a permis aux jeunes entrepreneurs et Hommes d’affaires de réfléchir sur les préoccupations auxquelles ils sont confrontés.

 

Le Burkina Faso fait face à des crises multi-sociales parmi lesquelles on peut citer le terrorisme avec son corollaire de conséquences qui impactent négativement les jeunes entrepreneurs et Hommes d’affaires. Pour ce faire, le Conseil national de la jeunesse du Burkina Faso a tenu la journée nationale des jeunes entrepreneurs et Hommes d’affaires autour du thème : « Relance économique : quelles contributions des jeunes entrepreneurs dans un contexte de défi sécuritaire ? ».

Troisième du genre, cette édition a mobilisé environ 600 jeunes venus des 13 régions du Burkina Faso. Cette journée a été riche en panels, en communications, en rencontres B2B, en expositions, plaidoyers, success stories, etc.

Au terme de la clôture des activités de la journée, le président du CNJ-BF, par ailleurs président de l’Union panafricaine de la jeunesse, Moumouni Dialla, s’est réjoui du bon déroulement de l’activité qui s’est soldée par la formulation des recommandations et des doléances.

Remise de trophée d’honneur à l’AFP-PME

En termes de recommandations, le président Dialla a cité entre autres l’adoption d’une loi jeune qui à l’entendre va permettre aux entreprises des jeunes de se positionner et se développement favorablement avec des avantages fiscaux. Aussi, autre recommandation formulée par le CNJ-BF, c’est la mise en place d’un bataillon de 1000 personnes dans le domaine de l’agro-sylvo-pastorale et l’accentuation des communications pour sensibiliser les jeunes sur l’actionnariat populaire.

Du reste, il n’a pas manqué de vanter les potentialités dont disposent les jeunes. Cependant, il a déploré le manque d’accompagnent à leur égard. C’est pourquoi, il a salué à sa juste valeur cette rencontre qui a permis d’ouvrir des opportunités à des jeunes et d’accroitre leur productivité pour l’atteinte de l’autosuffisance alimentaire au Burkina Faso.

C’est pourquoi, il n’a cessé d’exhorter les entreprises compétentes à toujours soutenir et accompagner ces jeunes entrepreneurs dans leur projet.

Par ailleurs, pour la reconquête du territoire national, les jeunes se sont dits déterminés à accompagner le gouvernement dans la lutte contre l’insécurité afin d’avoir un Burkina Faso stable car les entreprises des jeunes ont besoin d’un environnement favorable pour pouvoir prospérer.

Quant aux recommandations et doléances émises, le ministre en charge de la jeunesse et de l’emploi, Dr Aboubacar Sawadogo a assuré le CNJ-BF que parmi les recommandations, certaines ont déjà été prises en compte. Il s’agit du décret lié aux avantages fiscaux des entreprises promues par les jeunes et l’adoption de la loi jeunesse. « Comme vous le savez, entre la prise d’une décision, entre la prise d’un acte juridique, entre la prise d’un décret et ses effets sur le terrain cela peut prendre du temps. Le Conseil des ministres du mois d’avril qui s’est tenu à Bobo-Dioulasso a adopté un décret qui fait beaucoup de faveurs aux entreprises qui sont promues par les jeunes », a-t-il expliqué. Et d’ajouter : « Les jours à venir, nous allons de concert avec toutes les organisations de jeunesse, éditer le décret, le partager et le commenter pour que les jeunes puissent commencer en bénéficier. En plus, il y a l’élaboration de la loi jeunesse qui va être portée par la jeunesse, ses préoccupations pour que la jeunesse puisse se manifester autant qu’elle puisse contribuer à l’émergence du pays ».

En parlant des financements, le ministre Sawadogo a annoncé que des reformes vont être entreprises.

« Le Fonds d’appui aux initiatives des jeunes, le Fonds d’appui à la promotion de l’emploi, le Fonds d’appui au secteur informel dont disposait le ministère de la jeunesse ont des arriérés d’une valeur de 17 milliards de F CFA et qu’il était nécessaire d’introduire des reformes », a-t-il lancé.

Au cours de cette cérémonie, des entreprises ont vu leurs efforts récompensés. Une manière pour le CNJ-BF de traduire sa reconnaissance à ces structures qui les accompagnent dans la promotion de leur projet. Il s’agit notamment de l’AFP-PME, la délégation consulaire régionale du Centre et bien d’autres.

Da Seydou, jeune entrepreneur de la région du Sud-Ouest s’est dit satisfait de la journée car il ressort aguerri des échanges. « J’entreprends dans le domaine de l’élevage et de petits commerces. Les connaissances acquises vont me permettre de me réorienter et de repositionner ma vision que j’avais de mes entreprises au niveau personnel et de mes compétences entrepreneuriales. J’ai connu des structures de financement dont j’ignorais de par le passé.

Les communications sur ce que l’entreprise peut avoir comme gain, profit à travers la certification de certains produits, la mise en place d’un plan d’actions ou d’un processus de normalisation m’ont édifié dans la façon d’entreprendre », s’est-il exprimé.

Kiswendsida Myriam OUEDRAOGO

Article Similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial

Votre abbonnement a réussi!

There was an error while trying to send your request. Please try again.

DirectInfoBurkina will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.

DirectInfoBurkina.net

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter.