Gestion de l’abattoir frigorifique de Bobo-Dioulasso et l’aménagement sur le barrage de Samandéni : Harouna Kaboré donne des explications aux élus nationaux

632 0

Le ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat, Haroua Kaboré était hier 5 novembre 2021 à la tribune de l’hémicycle en séance plénière pour répondre à deux questions orales dont l’une en rapport avec l’abattoir frigorifique de Bobo-Dioulasso et l’autre en rapport avec le barrage de Samandéni.

 

La première question orale avec débat posée par le député Pierre Ouédraogo portait sur le statut et modalité de l’abattoir frigorifique de Bobo-Dioulasso. A cette préoccupation, le Ministre en charge du commerce a fait savoir que l’abattoir frigorifique de Bobo-Dioulasso est un établissement de prestation de service qui offre comme service principal la prestation d’abattage de bœufs au bénéfice des bouchers de la ville de Bobo-Dioulasso.

Il a souligné que sur le plan juridique et institutionnel, l’abattoir se trouve aujourd’hui, être une entité anonyme ambiguë dont la nature, le statut et le régime de son administration sont quasiment inexistants et reste à définir. « Toutefois, l’abattoir frigorifique est une entité administrative rattachée au Ministère du Commerce, de l’industrie et de l’artisanat et reçoit à ce titre une subvention annuelle de 70 millions de francs CFA », a-t-il renchéri.

Par ailleurs, il a noté que l’Autorité supérieure de contrôle d’Etat et de Lutte contre la corruption, l’ASCE-LC a révélé de manquement de bonne gouvernance ayant conduit à l’arrestation de premiers responsables.

Pour le ministre, la réhabilitation de l’abattoir de Bobo s’intègre dans un projet de construction d’abattoir moderne. A cet effet, selon ses dires il est prévu cinq abattoirs modernes. « A terme il s’agira d’avoir un abattoir industriel à Ouagadougou et à Bobo Dioulasso et 3 unités d’abattages modernes dans les communes rurales de Saaba, Tanghin-Dassouri, Koubri », a confié Harouna Kaboré.

Quant à la deuxième question orale avec débat posée par le député Aboubacar Hema, elle était relative à l’état d’exécution du projet de réalisation du village industriel et des infrastructures marchandes dans le cadre de l’aménagement du barrage de Samandéni. A cette interrogation de la représentation nationale, le ministre en charge de l’industrie a signifié qu’il est prévu la mise en place d’une zone agricole-industrielle et hydroélectrique de Samandéni sur une superficie de 500 hectares. « Sur les 500 hectares, 100 hectares ont été sécurisés avec une purge de tous les droits fonciers dans le cadre du Plan de développement intégré de Samandéni et même un plan d’aménagement a été élaboré pour la réalisation d’un village agro-industriel », a-t-il dit. Et d’ajouter que le ministère a entrepris courant 2021 une série d’actions pour poursuivre l’aménagement de la zone agro-industrielle de Samandéni. Il s’agit de la réalisation de lotissement de 100 hectares et l’installation de bornes parcellées, la réalisation des voiries et d’assainissement et des travaux de limitation.

En rappel, ces questions orales font suite à des échanges avec les populations après la visite du barrage de Samandéni par les députés à l’occasion des journées de redevabilité tenues à Bobo-Dioulasso

Kiswendsida Myriam OUEDRAOGO

Article Similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
39 ⁄ 13 =


Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial

Votre abbonnement a réussi!

There was an error while trying to send your request. Please try again.

DirectInfoBurkina will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.

DirectInfoBurkina.net

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter.