Conseil communal de la jeunesse de Ouagadougou et de ses arrondissements : les membres des bureaux installés

22 0

Le Conseil national de la jeunesse du Burkina Faso (CNJ-BF) a organisé dans l’après-midi du jeudi 5 janvier 2022 à Ouagadougou la cérémonie d’installation des nouveaux membres du bureau du Conseil communal de la jeunesse et du bureau des arrondissements de Ouagadougou. La cérémonie était placée sous le patronage de Maurice Konaté, du marrainage de Mamounata Kiémtoré et parrainage de Moumouni Dialla, président du CNJ-BF.

 

Le Conseil communal de la jeunesse de Ouagadougou dispose désormais d’une nouvelle équipe pour mettre en œuvre des actions de développement au profit des jeunes de la commune. Ils sont au total 12 présidents d’arrondissements et 1 président de la commune de Ouagadougou à être installés, à ce jour dans leur fonction pour porter sur leurs épaules les aspirations et l’avenir de la jeunesse desdites communes.

Le patron de la cérémonie, Maurice Konaté, représenté, a adressé un message de remerciement au bureau sortant et a félicité le bureau entrant pour son élection. A l’entendre, cette cérémonie est une opportunité pour présenter la feuille de route du bureau entrant d’une part et de leur donner les pleins pouvoirs pour exécuter les missions qui leur sont assignées d’autre part.

Selon lui, le bureau entrant aura la lourde tâche de travailler à redorer le blason de la jeunesse, entaché par certains comportements malsains qui constituent un frein au développement des communes et du Burkina Faso en général. C’est pourquoi, en reconnaissant l’importance de la jeunesse pour le développement d’un pays, il a invité la nouvelle équipe à développer des initiatives à travers des projets qui vont sans doute aider les jeunes à abandonner ces comportements pour participer activement au développement de la patrie. « Vous devez dans ce monde moderne, faire preuve de compétitivité et d’imagination, d’humanisme, de solidarité, d’anticipation, de résilience face à toute situation complexe », a-t-il souhaité.

Le président du Conseil communal de la jeunesse de Ouagadougou entrant, Ouédraogo Kassoum a invité la jeunesse à l’unité pour l’atteinte des objectifs du nouveau bureau. « Nous pensons que si les jeunes sont unis, ils peuvent relever les défis », a-t-il indiqué.

Kassoum Ouédraogo, Président du Conseil communal de la jeunesse Ouaga

Le président sortant du Conseil communal de la jeunesse de Ouagadougou, Assami Tiendrebéogo, en dressant un bilan de son mandat, a laissé entendre que durant les trois années écoulées à la tête du Conseil communal, son équipe et lui ont eu à renforcer les capacités managériales des jeunes, à former les responsables, à participer à la lutte contre la maladie à COVID-19, l’éducation citoyenne au profit des élèves des établissements secondaires, à faire des formations dans le cadre de l’entrepreneuriat, à faire de la communication et du lobbying sur les opportunités d’emploi.

Toutefois, il a reconnu qu’un grand travail a été fait mais ce qui reste à faire est encore énorme. C’est pourquoi, il a promis d’être disponible à accompagner le nouveau bureau si le besoin se fait ressentir. Du reste, il n’a pas manqué de féliciter le nouveau bureau et exhorté à mieux faire que les prédécesseurs.

Le Président du CNJ-BF, Moumouni Dialla

Le président du Conseil de national de la jeunesse du Burkina Faso, Moumouni Dialla abondant dans le même sens que le patron de la cérémonie, a salué et félicité le président sortant pour le travail abattu durant son mandat. Et aux membres du bureau entrant, il les a félicités et demandés d’aller au-delà des attentes. « Lorsqu’on remplace quelqu’un qui a bien travaillé, on se retrouve dans une situation complexe et on a deux solutions. Soit vous conservez le niveau soit vous allez au-delà de ce qu’il faisait », a-t-il dit.

Toutefois, il n’a pas manqué de prodiguer des conseils à l’équipe entrée. « Je vous exhorte à l’union, à l’endurance dans le travail et au sacrifice afin que les problèmes de la jeunesse de Ouagadougou puissent avoir un début de solution », a-t-il déclaré.

Pour lui, la jeunesse est la solution à la crise sécuritaire et humanitaire. « Si la jeunesse doit être la solution pour le retour de la sécurité dans notre pays, il faut bien que la jeunesse de nos communes puisse s’organiser, s’assumer dans les différentes communes », a-t-il soutenu.

Kiswendsida Myriam OUEDRAOGO

Article Similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
34 ⁄ 17 =


Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial

Votre abbonnement a réussi!

There was an error while trying to send your request. Please try again.

DirectInfoBurkina will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.

DirectInfoBurkina.net

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter.