Stratégie mondiale pour l’élimination du cancer du col de l’utérus : la COBUCAN appelle les journalistes à jouer leur partition dans la sensibilisation 

47 0

Dans le cadre du lancement de la commémoration de l’an II de la stratégie mondiale pour l’élimination du cancer du col de l’utérus, la coalition burkinabè contre le cancer (COBUCAN) a animé une conférence de presse, le jeudi 17 novembre 2022 à Ouagadougou. L’objectif de cette rencontre était de s’entretenir avec les Hommes de médias à être des relais auprès du public pour vaincre ce mal.

 

Réduire l’incidence du cancer du col de l’utérus d’ici à 2030; tel est l’objectif de la Coalition burkinabè contre le cancer (COBUCAN) et de l’organisation mondiale de la sante. Pour y parvenir, trois actions constituent de véritables barrières contre le cancer du col à savoir une vaccination des jeunes filles âgées de 9 à 14 ans contre le virus HPV appelé Human Papilloma Virus, la sensibilisation des femmes à faire un dépistage et la mise à disposition des femmes atteintes du cancer, d’un traitement adéquat. « Le cancer du col de l’utérus est l’un des cancers les plus fréquents. C’est le cancer le plus létal de la femme. C’est un décès toutes les 2 minutes dans le monde », a déclaré le Pr Nayi Zongo, président de la COBUCAN.

En faisant l’état des lieux du cancer au Burkina Faso, Pr Zongo, a déploré le fait que malgré les efforts consentis par le gouvernement à rendre gratuit le dépistage des lésions précancéreuses et du traitement, il y a moins de 10% des femmes qui se rendent dans les structures de santé pour se faire dépister. C’est pourquoi, il a estimé que ce faible taux est en parti lié à un défaut de communication, de sensibilisation, de génération de la demande.

A cet effet, il a exhorté les hommes de médias à jouer leur partition dans la lutte contre le cancer en étant des relais afin d’amener la population à se protéger. Et de paraphraser une directrice de la santé en ces termes : « la santé humaine est beaucoup trop importante pour qu’on la laisse dans les seules mains des médecins ».

Par ailleurs, Pr Nayi Zongo a noté que malgré les deux premières barrières contre le cancer du col de l’utérus des cas de cancer surviendront. Il a laissé entendre que la vigilance médicale doit alors rester de mise pour les détecter tôt et les traiter. « La vaccination, le dépistage, le traitement des lésions précancéreuses et la détection précoce des cas de cancer permettent la prévention et la réduction du nombre de décès », a-t-il signifié.

A l’exemple des pays comme l’Australie qui a presque éliminé le cancer et du Burkina Faso qui doit l’éliminer impérativement un film titré « Conquering cancer, éliminons le cancer du col de l’utérus pour l’histoire » a été projeté pour amener les acteurs à agir.

Kiswendsida Myriam OUÉDRAOGO

Article Similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
9 + 5 =


Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial

Votre abbonnement a réussi!

There was an error while trying to send your request. Please try again.

DirectInfoBurkina will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.

DirectInfoBurkina.net

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter.