Niger: décès de l’ancien président Mamadou Tandja

296 0

L’ancien président du Niger Mamadou « Baba » Tandja, qui avait dirigé le pays de 1999 à 2010, date de son renversement par un putsch, est décédé ce mardi 24 novembre 2020 à Niamey à l’âge de 82 ans, selon un communiqué de la présidence lu à la télévision publique nigérienne.

 

« Le président de la République et le gouvernement ont le regret de vous annoncer le décès de son Excellence Tandja Mamadou, ancien président de la République du Niger, décès survenu ce jour 24 novembre à Niamey. Un deuil de trois jours sera observé sur toute l’étendue du territoire national », selon le texte, qui ne précise pas la cause de la mort.

Tandja est né à Maïna-Soroa en 1938 dans le département de Maïna-Soroa  et la région de Diffa. Ministre de l’Intérieur pendant la présidence du général Ali Saibou, il dirige la répression de la révolte touarègue  en 1990. Au moins deux cents Touaregs sont arrêtés, torturés puis exécutés sans jugement après l’attaque de la gendarmerie de Tchin-Tabaraden dans la région de Tahoua le 7 mai 1990. Les Touaregs réclament un traitement équitable au niveau administratif. La conférence nationale nigérienne de 1991 met en place un gouvernement de transition, dirigé par Amadou Cheiffou, et qui organise des élections multipartites, présentées par toutes les parties comme étant les premières véritablement démocratiques au Niger : législatives le 14 février 1993 et présidentielle les 27 février et 30 mars. Au premier tour de l’élection présidentielle, Tandja, candidat de l’ancien parti unique, le Mouvement national pour la société de développement ou MNSD obtient 34,22 % des voix devant Mahamane Ousmane. candidat à la tête d’une alliance de partis de l’opposition qui récolte 26,59 %. Au second tour, Ousmane fait le plein des voix et gagne les élections, avec cependant un taux de participation très faible (35 %).

Le 27 janvier 1996, le général Ibrahim Baré Maïnassara renverse le président Ousmane et organise une élection présidentielle en juillet 1996. Tandja Mamadou s’y présente mais n’obtient que la troisième place avec 15,65 %. Ces élections, truquées, virent le général Baré dissoudre en cours de scrutin la Commission électorale nationale indépendante (CENI). Le président sortant, le général Ibrahima Baré Maïnassara remporta les élections dès le premier tour avec 52,20% .

À la suite de l’assassinat du général Baré en avril 1999 et la prise de pouvoir du commandant Daouda Malam Wanké, une nouvelle élection présidentielle sans fraude notable a lieu en novembre 1999. Tandja Mamadou y reçoit 32% des voix au premier tour et bat l’ancien Premier ministre Mamadou Issoufou au second tour avec 60 % des voix. Tandja Mamadou prend ses fonctions de président de la République le 22 décembre 1999. En même temps que l’élection présidentielle ont lieu des législatives qui voient la victoire du MNSD de Tandja Mamadou.

La Rédaction

Article Similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre abbonnement a réussi!

There was an error while trying to send your request. Please try again.

DirectInfoBurkina will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.

DirectInfoBurkina.net

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter.