28e édition du FESPACO : rendez-vous du 25 février au 4 mars 2023

109 0

Dans le cadre des préparatifs de la 28e édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO), le ministre en charge de la culture, Valérie Kaboré et le Délégué général du FESPACO, Alex Moussa Sawadogo, étaient face aux hommes de médias, le mardi 19 juillet 2022 à Ouagadougou pour décliner les grandes lignes de présente édition qui se tiendra du 25 février au 4 mars 2023.

 

La fête du cinéma africain qui se tient tous les deux ans aura lieu du 25 février au 4 mars 2023 dans la capitale burkinabè sous le thème : « Cinémas d’Afrique et culture de la paix ». Pour cette fête du 7e art, des panels en lien avec le thème central seront animés.

Le délégué général du FESPACO, Alex Moussa Sawadogo a souligné que dans le souci de s’adapter à la réalité d’inscription pour cette édition, les inscriptions se feront en ligne. A cet effet, une plateforme a été élaborée pour réceptionner les inscriptions. « La délégation générale du FESPACO refuse de réceptionner des inscriptions physiques », a laissé entendre le DG, Alex Moussa Sawadogo. Pour lui, l’inscription en ligne a pour but de faciliter le travail qui se mène au sein du FESPACO. Les inscriptions ont débuté le 31 mars 2022 et se poursuivent jusqu’au 31 octobre 2022.

En donnant les détails sur la sélection officielle, il a fait savoir que la compétition officielle est repartie en 8 catégories et celle hors compétitions en 4 catégories. Quant au comité international du FESPACO à savoir le jury, il est composé de 8 personnes, hommes et femmes issues de différents pays africains parmi lesquelles on peut citer les Burkinabè Claire Daio et Guy Désiré Yaméogo.

Selon le ministre de la Communication, de la Culture, des Arts et du Tourisme, Valérie Kaboré, ce festival du 7e art se tient dans un contexte sécuritaire difficile mais le Burkina Faso a le potentiel nécessaire pour faire de cette édition un succès. Pour elle, le thème de cette édition est importante car les cinématographies façonnent les attitudes, les comportements et les opinions. « Elles influent nécessairement par leurs messages et leurs images sur les valeurs », a-t-elle déclaré. C’est pourquoi, elle a invité les professionnels du cinéma et de l’audio-visuel à s’approprier le thème et à produire des œuvres qui vont influer sur les politiques et les états d’esprit.

Kiswendsida Myriam OUEDRAOGO

Article Similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
14 − 2 =


Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial

Votre abbonnement a réussi!

There was an error while trying to send your request. Please try again.

DirectInfoBurkina will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.

DirectInfoBurkina.net

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter.